Horaires  : Mardi - Vendredi : 14h - 19h / Mercredi - Samedi : 10h - 18h

Identification OPAC

Retour sur … Soirée « en quête de sens »

  • Imprimer
  • E-mail

Livre dor en quete de sens1

Près de 40 personnes se sont retrouvées autour de notre soirée « En quête de sens ».

Beaucoup d’émotion devant la diffusion du documentaire, les deux réalisateurs sont touchants dans leur quête et comme nous l’a dit Pierre Priolet « cette soirée nous permet de ressortir joyeux de la médiathèque ! ».

Puis, nous nous sommes retrouvés autour d’un apéro avec Marie Andrée Hurstel pour l’AMAP de Rungis « Rêve de coccinelle », Pierre Priolet pour son association et camion de vente de légumes « C’juste », Tommy Djerbi en sa qualité de Conseiller Municipal de Rungis , Franck Laubin, référent Agenda 21 de la Ville et Jean-Luc Harmand, responsable des Espaces Verts de la Ville de Rungis.

Nous voulions une soirée participative et tournée vers les usagers.

Patrick Leprevots, citoyen de la Ville et usager de la médiathèque, nous a permis cela en endossant la casquette de modérateur de l’échange (professeur en finance aussi et un peu Elfe à ses heures !).

Les présentations sont faites, le débat commence avec la prise de parole de Pierre Priolet. C’est dans l’émoi et les larmes qu’il est revenu sur sa démarche et ses origines. En effet en 2010 Pierre Priolet venait de perdre plus de 100 000 euros en un an. En pleurs, il s'insurgeait contre le prix dérisoire lorsqu’ il vendait ses pommes et ses poires aux grandes surfaces. Deux mois plus tard, accablé de dettes, il était contraint d'arracher ses arbres fruitiers !

Son ambition : une agriculture humaniste ; il nous explique qu’il ne faut pas avoir peur des mots, que oui l’alimentation est devenue d’utilité publique tout comme l’importance du développement harmonieux des campagnes.

A partir de son action, il souhaite faire comprendre aux consommateurs qu’ils sont aussi acteurs de ce changement ! Son camion n’est pas là pour faire de l’argent mais pour faire prendre conscience que ses produits ne sont pas faits que pour être « bouffés ». « Quand on fait un circuit-court, il ne faut pas s’attendre à avoir une baisse de coût, mais on a rendez-vous avec des produits de qualité et on contribue à aider des agriculteurs qui peuvent vivre dignement. ». Pierre Priolet, avant de partir, remercie la mairie de Rungis et précise que son camion est là tous les vendredis de 15 à 19h30 (Sur le trottoir à côté de l’Espace du sport et du City Park, rue des Halliers, 94150 Rungis).

A son tour, Marie Andrée Hurstel, prend la parole pour défendre les valeurs de l’AMAP. Une AMAP nait de l’engagement de consommateurs et d’un producteur à respecter la charte de l’agriculture paysanne et permet le maintien d’une agriculture de proximité. Elle rappelle que « pour l’AMAPIEN, c’est le plaisir de consommer une alimentation saine, naturelle comme autrefois, pas de produits chimiques, pas de pesticides, les engrais sont naturels ! ».

Il est bien entendu qu’il y a des engagements réciproques. L’amapien s’engage financièrement à l’avance et pour une période d’un an. Il est également solidaire de l’agriculteur dans les aléas de sa production. Le producteur quant à lui s’engage à servir une AMAP en respectant la charte, les produits doivent être variés et de bonne qualité ! Il est également transparent sur la vie de son exploitation, informe de sa situation économique, de l’origine des produits et des méthodes utilisées.

L’AMAP de Rungis « Rêve de coccinelle » vous propose 3 producteurs pour :
• Légumes,
• Poulet et œufs,
• Fromage de chèvre.

Marie Andrée Hurstel explique aux auditeurs que « si une alimentation saine, naturelle comme autrefois, est importante pour vous, venez nous voir ! ».

L’AMAP « Rêve de coccinelle » est ouverte tous les jeudis entre 18h et 19h30 et se situe au 2 rue de l’Hôtel Dieu à Rungis.

Marie Andrée Hurstel et Pierre Priolet nous démontrent que « Cette quête de sens nous permet de repartir à fond et que la solution est entre nous TOUS ! ».

Livre dor en quete de sens2

Puis, c’est le tour des services municipaux. Tommy Djerbi nous présente fièrement Franck Laubin et Jean-Luc Harmand. C’est parti pour la présentation des différentes initiatives de la Ville (liste exhaustive, tout n’a pas pu être abordé !). La Ville s’est en effet engagée dans l’Agenda 21 et a cette volonté de mettre en avant toutes initiatives en matière de développement durable.

En effet, Rungis est une Ville qui n’utilise aucun phytosanitaire (un produit phytosanitaire est un produit chimique utilisé pour soigner ou prévenir les maladies des organismes végétaux. Par extension, on utilise ce mot pour désigner des produits utilisés pour contrôler des plantes, insectes et champignons), les pesticides sont remplacés par des coccinelles, les abeilles sont utilisées pour polliniser (en plus de nous offrir leur meilleur miel !), 5 poules s’occupent de gérer les déchets du service restauration et bientôt la Ville va accueillir des moutons pour tondre les lieux non accessibles !

Et ce n’est pas fini ! Rungis a également 4 fleurs ainsi que le Prix de l’Arbre, prix qui récompense les collectivités territoriales ayant assuré une politique globale et cohérente de l’environnement et des paysages.

Bel échange dans la salle entre Jean-Luc Harmand et les usagers de la médiathèque. Pêle-mêle de questions avec comme fil conducteur cette volonté pour chacun d’entretenir son jardin naturellement. Beaucoup de questions sur les périodes de jardinage. Hélas Jean-Luc Harmand explique qu’avec le changement climatique, il n’y a plus de règles, il faut observer !

Il rappelle également que pour cette démarche, il faut accepter les pucerons ; en effet les écosystèmes sont importants ! Apprendre à apprécier une plante vieillissante (tachetée ou autre). La passion dans les yeux, nous avons le plaisir de bénéficier d’un cours presque particulier sur l’entretien des jardins. Des pesticides, aux lâchés d’insectes étrangers ou génétiquement modifiés, tout y passe. On tient à notre environnement, on le préserve et on ne fait pas n’importe quoi !

« Vous avez un problème avec vos limaces ? Pensez à la bière ! Laissez un passage dans les grillages pour laisser circuler les hérissons qui sont également friands des limaces… Mon seul et unique conseil c’est d’arrêter les pesticides, d’arrêter de détruire les écosystèmes et accepter les pucerons et autres petites bébêtes! ».

Viennent les questions plus techniques. On sent une salle soucieuse du fonctionnement des Espaces Verts de la Ville. « Comment se fait l’approvisionnement des plantes ? » « Il y’a un cadre précis dans les appels d’offres.» répond Franck Laubin. Jean-Luc Harmand enchaine en expliquant « Nos fournisseurs ont un label Fleur Bleue, 95% des pots sont en tourbe compressée. On exige aussi une géolocalisation proche, la plupart des fournisseurs sont à Dunkerque (300Km). Il n’y a que les tulipes qui viennent des Pays Bas, Europe oblige ! » . Réaction de la part des usagers « Mais les plantes ne sont pas bio ?? », « Il n’y a pas de culture bio dans les plantes à ce jour ! » rétorque simplement Jean-Luc Harmand. « Et pourquoi pas les pépinières de la Ville de Paris, elles sont à Rungis ? ». «La Ville, pour des raisons de marchés publics, ne peut plus s’approvisionner là, car elle peut être accusée de concurrence déloyale ! » explique Franck Laubin.

Pause douceur – Dégustation du miel de Rungis – miam miammm (orthographe acceptée tant le miel est bon).

Sur 13 ruches, 2 ont été détruites par les frelons asiatiques à ce jour (moment de tristesse à cette annonce). Malgré tout, la Ville a produit, cette année, 200 Kg de miel. IL est vendu au moment du Marché de Noël pour les associations Téléthon, Rêve de Martin, Vroumm (de l’environnement à l’humain, le développement durable est présent partout !). Les ruches ont également un but pédagogique, les enfants dans le cadre de l’éTAPe y ont accès. Jean-Luc Harmand se tient prêt pour les visites avec les habitants et a toujours une deuxième combinaison sur lui si vous souhaitez l’accompagner !

Enfin, après de longs échanges, Franck Laubin explique que grâce à cette volonté de zéro phytosanitaire, le Centre Technique Municipal a augmenté ses compétences en matière de développement durable. Tommy Djerbi rajoute que « la Ville a mis un point d’honneur pour former la jeunesse et faire que toutes ses démarches soient expliquées aux enfants dans le cadre du T.A.P ! ».

Après un léger rappel sur le fait que la Ville s’est dotée d’un parc de voiture électrique française, nous avons tous bu un dernier verre bio et nous sommes rentrés chez nous la tête dans les plantes vertes !

Merci à tous pour ce merveilleux moment.

Marion

Livre dor en quete de sens3

Pour aller plus loin, une sélection de sites internet en lien avec le film En quête de sens et le moment d'échange qui a suivi :

www.cjusteparis.fr

www.amap-idf.org

http://vandanashiva.com

www.pierrerabhi.org

http://enquetedesens-lefilm.com

http://www.demain-lefilm.com

http://www.colibris-lemouvement.org

www.artisansdumonde.org

www.fredericlenoir.com

Rechercher

...dans le catalogue. N'hésitez pas à saisir plusieurs mots comme par exemple un morceau du titre et le nom de l'auteur. Un exemple : ecureuils pancol

Aide

Rechercher par genre

Vous voulez consulter la liste complète de ce qui est disponible dans votre domaine de prédilection ?  En utilisant la liste des GENRES, c'est facile !

Filtres facettes